Skip to main content

Communications

La Société Archéologique se réunit  dans la salle de conférences de l'Hôtel des Sociétés savantes, place Bardineau.
Les communications sont proposées par des personnes invitées et par les membres de la Société. Après avis du conseil d'administration, ces communications peuvent être publiées dans la Revue de la Société.

Les réunions ont lieu ou le samedi à 17h ou le jeudi à 18h.

La diffusion de nos conférences à la fois en présentiel et en ligne (visioconférences par ZOOM) est, autant que la conjoncture le permettra, systématique. Le lien de connexion sera envoyé aux adhérents et sur demande.

Plan lacunaire de l’église des Frères prêcheurs de Bordeaux avec l’emplacement des sépultures, XVIIe siècle. ADG, H 2642, f. 74.

Le couvent dominicain de Bordeaux au Moyen Âge. A la recherche d'un monument perdu

11 avril 2024 à 17h
Haude Morvan
Maître de conférences en histoire de l'art médiéval à l'université Bordeaux Montaigne, institut Ausonius (UMR 5607). Ancienne membre de l'école française de Rome.

Entre 1675 et 1680, le couvent dominicain de Bordeaux fut entièrement détruit au moment où le Château Trompette était agrandi et modernisé selon les principes de Vauban. Un nouveau couvent fut reconstruit entre 1684 et 1715, encore visible aujourd'hui (l'église Notre-Dame et la Cour Mably). Au moment où ce grand bouleversement avait lieu dans l'histoire de la communauté, les frères dominicains eurent soin de conserver des traces de leur couvent perdu à travers une description et des plans de l'église. Ce sont ces documents, conservés aux Archives générales de l'ordre des frères prêcheurs à Rome et aux Archives départementales de Bordeaux, qui seront présentés lors de cette conférence. Ils constituent non seulement des témoignages sur le couvent disparu, mais aussi des sources précieuses sur le rapport des hommes de l'époque moderne à leur patrimoine.

Olivier du Payrat

Assemblée générale 2024 Programme

L' Assemblée générale statutaire aura lieu le dimanche 10 mars à 10h, place Bardineau, Hôtel des Sociétés savantes,selon l' orde du jour suivant :


1) Ouverture de la séance par le président de la Société Archéologique de Bordeaux, Philippe MAFFRE.
2) Remerciements au représentant de la Mairie.
3) Présentation de Monsieur Olivier DU PAYRAT, administrateur des monuments nationaux en NouvelleAquitaine, qui présidera l’assemblée générale.
4) Rapport moral de Brigitte LESCARRET, secrétaire générale.
5) Approbation du rapport moral soumise au vote.
6) Rapport financier de Philippe DESCHARD, trésorier.
7) Approbation du rapport financier soumise au vote.
8) Présentation et vote du budget prévisionnel.
9) Adoption soumise au vote du budget prévisionnel.
10) Questions diverses.
11) Remise des diplômes de la SAB.
12) Conférence de Monsieur Olivier DU PAYRAT : "Adversis clarius ardet : du patrimoine et du vivant"
13) Traditionnel verre de l’amitié

Adversis clarius ardet : du patrimoine et du vivant

10 mars 2024 à 12h
Olivier du Payrat
administrateur girondin du Centre des Monuments Nationaux

Assemblée générale 2024 : Programme

Dans le cadre de l' Assemblée générale de la Société, en fin de séance,  M. Olivier Du Payrat, administrateur des monuments nationaux en Nouvelle Aquitaine,  donnera une communication sur le thème : " Adversis clarius ardet : du patrimoine et du vivant".

"Actualité de l'archéologie métropolitaine"

14 décembre 2023 à 18h
Laurent GUYARD
Responsable du centre d'archéologie préventive.

Séance jeudi à 18h.

Le château des Jaubertes à Saint-Pardon-de-Conques

09 décembre 2023 à 17h
Jean-Claude Huguet

Seront évoqués les divers possesseurs de cette demeure depuis la fin du XV° siècle jusqu'à nos jours et les transformations qu'elle a subies au cours des siècles, autant qu'on puisse le dater.

 

Poignard du Moulin Neuf

Biographie d'objet

09 novembre 2023 à 18h
Maïwen Le Caignec et Jeanne Leroy

Maïwen Le Caignec : « Le poignard du Moulin-Neuf à Braud-Saint-Louis »

Le poignard du Moulin-Neuf à Braud-Saint-Louis (Gironde) est découvert par un agriculteur en mai 1907 parmi un grand nombre de mobilier archéologique. Il s’agit d’un artefact du Bronze final III (850-725 a. C.) réalisé en alliage cuivreux. L’ensemble du dépôt sera acheté par François Daleau (1845-1927) en 1909, il est l’un des pionniers dans la recherche sur la préhistoire en Gironde. Il enregistre cette collection au sein de son ouvrage “Excursion” et fait plusieurs communications à la Société archéologique de Bordeaux puis son étude est reprise par André Coffyn. Enfin, une partie seulement de cet ensemble est donnée au Musée d’Aquitaine.

Jeanne Leroy : " Biographie de la mosaïque de la rue Père-Louis de Jabrun exposé au musée d'Aquitaine à Bordeaux".

Figure Mosaïque Père Louis de Jabrun horizontal

La mosaïque de la rue Père-Louis de Jabrun a été retrouvée lors de travaux en 1877 au sein de l’ancienne rue Gouvion. La société archéologique de Bordeaux a dès lors pris en charge son sauvetage. Depuis 1877, cette dernière a fait un long chemin entre ses restaurations et les lieux où elle a été exposée. Plusieurs chercheurs se sont attelés à l’étudier depuis sa découverte. A la lumière des nouvelles découvertes à propos des mosaïques, quelques nouvelles comparaisons peuvent être suggérées. Enfin, selon les données issues des fouilles archéologiques, une proposition de restitution de la mosaïque au sein de son espace sera présentée.

 

 

une maison cours d'Albret

Dans le nouveau quartier des allées d'Albret, trois demeures privées

25 novembre 2023 à 17h
Xavier Roborel de Climens

L’essor économique de la ville de Bordeaux, à la fin du XVIIIe siècle, entraina le développement de nouveaux quartiers au-delà du tracé des anciens remparts comme le lotissement de l’archevêché (aujourd’hui Mériadec) ou après le cours d’Aquitaine (cours Aristide-Briand) où s’élevèrent de nombreux immeubles de qualité. Les trois maisons présentées dans cette communication sont caractéristiques des styles architecturaux et des goûts de cette époque.

La communication sera suivie du pot de l'amitié.

La voie romaine Bordeaux-Dax

La voie romaine Bordeaux-Dax

28 octobre 2023 à 17h
Olivier Boisseau

D'après les documents anciens, deux voies romaines reliaient Burdigala (Bordeaux) à Aquae Tabellicae (Dax).
L'une, communément appelée littorale passait par Boïos, Losa, Segosa et Mosconum. L'autre, dite voie intérieure, passait plus à l'est, à l'intérieure des terres.

Si le tracé de la première est aujourd'hui largement repéré, celui de la seconde est pratiquement inconnu.
Olivier Boisseau propose un nouveau regard sur cette question qui divise de nombreux chercheurs depuis des décennies et apporte des indices inédits pour proposer un tracé possible de cette fameuse voie romaine.

Hopital Saint-André de Bordeaux

Au cœur de la réflexion sur l'architecture des hôpitaux au XIXe siècle : Saint-André de Bordeaux (1821-1829)

12 octobre 2023 à 18h
Claude Laroche
Chercheur de l’Inventaire général du patrimoine culturel, région de Nouvelle-Aquitaine,

Conçu en 1821 et réalisé de 1825 à 1829, œuvre de l’architecte Jean Burguet (1788-1848), l’hôpital Saint-André de Bordeaux occupe une très grande place dans l’histoire de l’architecture hospitalière en France.
Il s’agit en effet du premier hôpital d’importance traduisant dans la pierre les principes théoriques édictés à la fin du XVIIIe siècle par l’Académie des sciences à la suite du rapport du célèbre chirurgien Jacques Tenon. C’est donc à proprement parler le premier hôpital de modèle « aériste » jamais construit en France, celui qui aura le mieux contribué à définir le type qui va régir durant tout le XIXe siècle la plupart des hôpitaux français conçus et réalisés dans un but que l’époque pense atteignable : guérir par l’architecture.
C’est donc un édifice-clé pour la compréhension des représentations mentales du corps et de la maladie à une époque charnière.
Emblématique, l’hôpital bordelais l’est aussi par la traduction architecturale de ces principes ainsi que par le rôle qu’il joue en termes de structuration urbaine de ce secteur bordelais.

Les pierres tombales huguenotes de Saint-Macaire

Les pierres tombales huguenotes de Saint-Macaire, des "monuments" exceptionnels ?

24 juin 2023 à 17h
Marianne Thauré
Membre associée Institut Ausonius

Cet ensemble de dalles funéraires inscrites dont nous proposons une relecture approfondie, provient du cimetière des huguenots de Bordeaux détruit à la suite de la révocation de l’Edit de Nantes.

Ce n’est qu’au milieu du XIXe siècle qu’elles ont échoué dans les « grottes » de Saint-Macaire. Ces rescapées de l’Histoire nous livre un témoignage inédit sur une minorité religieuse -ceux de la R.P.R – à Bordeaux sous le règne de Louis XIV.